Logo Yourte                              

L’armée du Khan


Organisation, tactiques, armement, tout sur les 'Peuples Cavaliers' en guerre.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan

Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 03 Oct 2005, 14:00

L’armée du Khan

L’armée du Khan

Son élaboration et sa discipline étaient l’œuvre du khan (reflet acharné de sa géniale clairvoyance).

- Organisation des Hommes :

Elle était fondée sur le système décimal ancestral (déjà utilisé en Perse et chez les Xiongnu ):

La dizaine (Arban) forme l’unité de base de l’armée.
Dix Arban forme une centaine (Djagun).
Dix Djagun constituent un millier (Mingham).
Dix Mingham composent le Tümen.

Dans chaque compagnie de dix hommes il y avait un chef, et parmi les dix chefs d’un centenier, un était choisi pour commander le centenier, et parmi les dix chefs de dix centeniers, l’un commandait un millier, généralement un seigneur, et parmi ces dix seigneurs, l’un dirigeait un tumen.

Le "Tumetu-iin Noyan" désignait le Seigneur du Tümen
Le "Minggan-u Noyan" désignait le seigneur du Mingham
Le "Djagutu-iin Darga" désignait le commandant du Djagun
L' "Arban-u Darga" désignait le commandant de l'Arban

Tous avançaient soudés, dépendants les uns des autres, et sur ce point le yasaq était formel : aucun soldat ne pouvait quitter son unité de dix, de cent ou de mille à laquelle il était affecté, même pour en rejoindre une autre. Quiconque enfreignait cette loi était mis à mort, et les neuf compagnons de sa dizaine également, le chef y compris. Si dix hommes d’une même unité fuyaient et que le centenier (Minggan-u Noyan) dont ils dépendaient ne les rattrapait pas, tout le Migham était passé par les armes.

Le khan appliqua cette organisation imparable dès l’instant où les troupes auxiliaires avaient menacé d’être aussi nombreuses que les rangs mongols.
Ces troupes étaient composées des tribus ennemies soumises, des mercenaires, des esclaves, affranchis ou non, volontaires ou enrôlés de force.
Parmi elles, nous comptions des Tatars, des Merkit, des Khitans, des Kéréyits, des Naïmans, des Ouïghours, des Khirgiz, des Ongut, des Tangout, des Kin et des Djurt­chet, et même des Sartes, ces derniers étant bien souvent utilisés comme espions aux abords du Khwazrem.
Chaque formation dépendait souvent de l’autorité d’un Mongol. Ainsi, dans un centenier, il n’était pas rare de voir dix lieutenants mongols mener quatre-vingt-dix fédérés convaincus qui, dans cette structure pyramidale, n’éprouvaient aucun problème de races.
Tous étaient traités de la même façon, obéissaient pareillement, et s’entraidaient jusqu’à la mort.

L’esclave kin, comme le prince de sang, était récompensé ou châtié à l’identique.
Certes les commandants des milliers étaient seigneurs mongols, ceux des Tümens, princes ou fidèles héros du khan, mais leurs responsabilités ne leur permettaient pas le moindre relâchement.

- Organisation des "Corps d'Armée :

En principe, une armée mongole, se compose en trois corps. Un centre (Qöl) et deux ailes, l’aile droite (Baroun-gar) et la gauche (Djegün-gar).
Le commandant de l'armée est placé au centre avec les réserves d'armes et de munitions.
Derrière lui, se trouve les "gens" de sa maison, les unités techniques, les troupeaux, les réserve de fourrage et les otages.

A l'arrière de l'Aile Gauche, les Mongols disposent les chevaux de rechange.
A l'arrière de l'Aile Droite, les Mongols disposent un lieux ou l'on soigne les blessés et ou l'on parque les prisonniers.


- La Garde :

La garde (Keshig), armée permanente et garde personnelle du Khan, regroupe l’élite de l’armée. Cette troupe est répartie en “garde du jour” , “garde de nuit’ et en “porteurs de carquois”.

La garde, formée à l’origine par les compagnons les plus fidèle de Gengis Khan, est augmentée au fur et à mesure des conquêtes. De 150 hommes elle passera à quelques 10 000 hommes, soit un Tümen.

Le "Cherbi" désignait le commandant de la garde (Keshig).

Remarque : Jean de Plan Carpin souligne qu'au contraire des habitudes occidentales, le Khan ou le Général en chef de l'armée ne combat pas lui-même.


Image
Dernière édition par Che Khan le 16 Oct 2009, 14:42, édité 3 fois au total.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 17 Fév 2006, 20:25

Le guerrier mongol, un soldat d’élite

Le guerrier mongol, un soldat d’élite


Les historiens médiévaux avaient l'habitude d'affirmer que la supériorité militaire des Mongols était due à la supériorité numérique. Nous nous rendons compte maintenant que c’est faux.

Il est possible que ces affirmations doivent être interprétées en partie comme une excuse sur l’infériorité des troupes européennes dans leurs combats contre les Mongols.

On peut, actuellement, affirmer que c’est la qualité et pas la quantité qui était la clef incroyable des succès militaires mongols.

Du temps de Gengis Khan, la promotion des soldats était décidée sur base seule des capacités. Celà a eu comme conséquence une qualité inégalée des troupes, depuis le soldat ordinaire jusqu’au commandement supérieure.

Le chef de dizaine (arban) était élu par sa dizaine et le chef d'une centaine (djagun) était élu par les dix chef de dizaine. Les autres commandants étaient par le Khan lui-même.

Ces chefs étaient directement responsable de leurs hommes. en cas de fautes graves d'un seul homme, c'est l'ensemble de la dizaine qui était punie. Une solidarité nécessaire et très forte unifiait les guerriers qui, même, en situation difficile, gardait leur cohésion et leur force au combat.

Chaque guerrier Mongol était simplement incomparablement supérieur à son corégiolaire occidental.

Cette qualité a assuré une compétence et une intégrité chez les officiers supérieurs. Ainsi, à chaque niveau, on trouvait des commandants fidèles, compétents et capable d’initiative et de perspicacité sur le champs de bataille.

Une initiative et une perspicacité qui permettaient des prises de décission statégique innoventes, audacieuses et intelligentes.

Après la mort de Gengis Khan en 1227, aucun de ses successeurs n'ayant hérité de son génie, les grandes armées sont commandées par des généraux qu'il a sélectionnés quand il était encore vivant (et ce même si les princes du sang détenaient le commandement nominale).
Le plus célèbre est très certainement Subotaï


Ci-dessous, de très belles illustration de cavaliers mongols. très certainement des Mongols d'Iran (Ilkhan)

On peut y observer :

- Leurs Arcs, carquois d'arc et carquois.
- Leurs sabres à faible courbure.
- Leurs armures lamellaires.
- leurs casques
- Leurs petits boucliers ronds

Tout cet équipement est présenté, en détail, dans la rubrique : l'Equipement des "Peuples Cavaliers".

ImageImage
Che Khan, votre humble serviteur
Image

Retour vers Présentation Générale

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 visiteur(s)de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil