Message 30 Sep 2005, 14:22

Baïbars, Sultan Mamelouk (1260-1277)

Baïbars (1260-1277)


Baïbars est l’une des grandes figures du Moyen Âge musulman et un vaste cycle épique populaire, le Roman de Baïbars, s’est constitué autour de lui. Il est d’origine Kiptchaq , turk vendu comme esclave (voir le post sur les Mamelouks).

Sous les ordres du sultan mamelouk Sayf ad-Dîn Qutuz, il participe activement au coup d'État qui renverse la dynastie ayyoubide en 1250.

Toujours au service du sultan mamelouk Sayf ad-Dîn Qutuz, Il est le général victorieux des Mongols à la bataille d’Ain Djalut, le 3 septembre 1260.

Cette victoire sauve l'Égypte des destructions massives que vient de subir Bagdad et stoppe l'expansion des Mongols d'Iran (Ilkhan) au Moyen-Orient.

À son retour au Caire, il renverse le sultan Sayf ad-Dîn Qutuz, qui lui refusait le poste de gouverneur de la Syrie.

Il se proclame sultan et accueille Al-Mustansir bi-llah, l'un des survivants de la famille des Abbassides, dont il fait un calife fantoche, mais qui lui confère une légitimité supplémentaire. Celui-ci sera rapidement remplacé par Al-Hakim Ier en 1262.

Le califat Abbassides, malgré ses échecs et sa déchéance, conserve un immense prestige et l’Égypte va en bénéficier.

Administrateur efficace, Baïbars crée une marine de guerre, une armée permanente, restaure les routes et organise un remarquable service postal.

Son objectif principal, durant la suite de son règne, sera la destruction des États croisés. Pour cela il obtiendra la neutralité de l'empire byzantin et du sultanat seldjoukide de Roum. Si il reste en conflit avec les Mongols d'Iran (Ilkhan), il aura de bon contact avec les Mongols de la 'Horde d'Or" (les origines kiptchaq de Baïbars ne sont pas étrangère à cela).

Les circonstances le permettent puisque l’Empire mongol ne va pas tarder à se diviser en États souvent rivaux et Baïbar va en profiter au mieux.

La Horde d’Or , le khanat mongol de Russie va lui fournir ses mamelouks et prend à revers ses ennemis, les Ilkhans (Mongols d’Iran). Baïbars noue aussi des relations avec le Saint Empire et surtout avec Venise dont la marine lui est indispensable en Méditerranée pour écouler les marchandises.

Dans une lettre écrite en 1288, elle adresse également un pressant appel aux Indiens et aux Chinois pour qu’ils commercent avec eux.

Baïbars meurt, à Damas en 1277 (peut-être empoisonné).
Che Khan, votre humble serviteur
Image