Message 17 Déc 2006, 01:05

La Ville de Caffa

La Ville de Caffa

Caffa ( actuellement Feodosia sur la Mer Noire en Crimée) est à la fin du XVème siècle une cité ‘génoise’ plantée aux extrémités de l’Europe. Elle compte, à cette époque, environ 70 000 habitants.

..........Image..........Image..........

Au XIIIème siècle, les Génois, déjà très présents dans la région, représentent environ 79% de la population de la ville.

C’est avec l’accord de l’empereur byzantin Michel VIII Paléologue que les Génois s’installent durablement dans la baie de Théodosia après 1281. Caffa, petite bourgade peuplée de Grecs, d’Arméniens et de Turco-Mongols devient alors l’une des principales villes de la Mer Noire et la capitale des comptoirs génois.

La ville va être reconstruite à l’image d’une ville européenne. Les bourgs alentours sont lotis à des Grecs, des Arméniens et des Russes.

Parmi les ‘Orientaux’, si la plupart sont Grecs, on trouve aussi des Arméniens, quelques Turco-Mongols, des Syriens, des Juifs, des Géorgiens, des Russes, etc. Le pourcentage d’Occidentaux va diminuer par la suite, pour atteindre son minimum au XVème siècle.

Durant tout le XIVème siècle, les Génois montent une chaîne de comptoirs jusqu’à 'La Tana', située au fond de la mer d’Azov, et point d’aboutissement de la route mongole de la soie et des épices.

Toute la côte de Crimée est alors génoise.

Les marchands, dispersés sur les côtes, diversifient leurs activités. L’Orient byzantin perdant peu à peu son rôle d’étape sur la route de la soie et des épices, les Génois reprennent les routes d’Alexandrie, de Damas et de Beyrouth. Afin d’assurer le ravitaillement, les Génois surveillent la production des denrées agricoles sur les marchés locaux des bords de la Mer Noire, pour les transiter vers un emporium génois où des navires viendront les chercher.

L’emprise des Génois est telle que quiconque veut commercer dans cette zone doit s’acquitter d’une taxe: le commerchium.

Ce commerce lucratif va enrichir les commerçants italiens et les khans de la ‘Horde d’Or’ malgré de petits différents qui provoquent parfois des conflits de grande envergure.

En 1343, des émeutes religieuses se déclenchent entre les Chrétiens et les musulmans.

Djanibeg expulse les vénitiens du comptoir de la Tana et à la tête d'une importante force, attaque le port de Caffa. Le siège est rompu par une armée de secours italienne en février.

En 1345, Djanibeg assiège, à nouveau, Caffa. Il échoue cette fois en raison d'une épidémie de peste noire qui frappe ses troupes. On pense que son armée catapulta des cadavres
infectés dans la ville afin d'affaiblir ses défenseurs.

C’est, lorsqu’en 1347, les comptoir sont ré-ouvert que des marins génois, infectés, auraient ramené la peste en Europe (au printemps 1348, la peste touche la Provence et le
Languedoc , le ville de Gênes en 1348, puis la Sicile, la Sardaigne, la Corse ).

Bientôt les Génois seront obligés de garder également le contrôle des routes terrestres. En temps de guerre, elles sont une alternative aux détroits, fermés par les Turcs.

En effet, depuis la prise de Constantinople de 1453, les Turcs menacent la région .

Le comptoir de Caffa, à l’instar de nombreux autres comptoirs pontiques, devra sa fermeture aux invasions ottomanes. Le 6 juin 1475, les Grecs et les Arméniens ouvrent les portes de la ville à ces nouveaux conquérants. La Mer Noire change alors de maîtres.

Image
Route maritime vers la Méditéranée.

Image
Yousouf Ben Fida, Conseiller et Diplomate de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'.
Image