Message 04 Nov 2005, 21:43

La Chevauchée de Subotaï (1220 / 1223)

La Chevauchée de Subotaï (1220 / 1223)


Nous sommes fin décembre 1220, la campagne du Kharezm est finie. Les Mongols sont victorieux et le Shâh Mohammed Kothbeddin est mort. Subotaï, qui l’a poursuivi jusqu’à la mer Caspienne, contemple cette grande étendue d’eau, l’air rêveur.

Il demande l’autorisation à Gengis Khan de pousser plus avant et d’essayer d’en faire le tour en partant vers l’ouest. Gengis Khan lui donne son approbation (et peut être aussi la mission secrète de faire une expédition de reconnaissance).

Avec trois ‘tumen’ ( 30.000 hommes) et accompagné de Djébé, Subotaï se met en route. Il n’imagine pas encore l’incroyable chevauchée qu’il va réaliser.

Traversant l’Iran il remonte vers le nord en direction de Tabriz. La Géorgie est le premier pays rencontré.
C’est une province chrétienne. Son armée, sur le pieds de guerre, se préparait à partir en croisade.
L’apparition impromptue des Mongols perturbe les généraux géorgiens et au cours de brefs engagements, les chevaliers occidentaux périssent par milliers sous les coups des Mongols.

les Mongols et mettent à sac les villes de Margha et d'Hamadan.

Mais ceux -ci ne font que passer, la Géorgie gagne un répis.
Les Mongols se déplacent à nouveau en Géorgie. Vers Derbend ils sont attaqués par le roi George IV avec une autre armée. Les Géorgiens sont à nouveau battus et George IV échappe avec seulement son arrière-garde.

Subotaï et Djébé se dirigent maintenant vers le Caucase. Il traverse avec difficultés la vallée de Fergana et se trouve face Aux Alains. De plus, les Alains sont aidés par des troupes alliées composées de Kiptchaq, commandé par leur khagan, Kotian et de Bulgares et de Khazars.

Les Mongols engagent les hostilités, mais n'arrivent pas à percer en raison de leur position défavorable et se retirent. Ils décident une nouvelle stratégie et entre en pourparlers avec les Kiptchaqs. En jouant la carte de l'affinité cultuelle ( les Kiptchaqs sont aussi des "Peuples cavaliers nomades"), ils tentent de s'en faire des alliés et leur propose de partager le butin pris en Géorgie.

Il est difficile de dire en quelle proportion les Kiptchaqs rejoignent les Mongols ou restent neutre mais les Alains se retrouvent seuls face à eux et sont battus.

Libéré de la menace alaine, les Mongols se retournent contre leurs alliés Kiptchaqs et récupèrent la partie de butin qu'ils leur avait donné.

Les Mongols mettent à sac la ville d'Astrakhan, traversent les montagnes et débouchent dans les plaines de Russie.

Poursuivant leur route Subotaï et Djébé partagent leurs forces en deux. Djébé marche à l'ouest de la rivière Don et Subotaï marche au sud de la mer d'Azov pour s' assurer que les Kiptchaqs ne le menace pas sur ses arrières.

Les forces de Subotaï détruisent les villes le long de la rive et rencontrent pour la première fois des marchands venant d'Europe, des marchands vénitiens.
Il prend langue avec eux et fait un pacte pour détruire les comptoirs génois en échange d'informations géographiques et militaires sur l'Ouest.

Djébé fait une alliance avec le chef des Brodniks, Polskinia et 5000 soldats brodniks rejoignent les Mongols.

Subotaï détruit le comptoir génois de Soldaia (Sudak) en Crimée, puis est rejoint par Djébé. Leur armée est, approximativement, composée de 25 000 hommes. ils marchent sans opposition vers le "Dniestr".

A l'automne et l'hiver 1222 , l'armée mongole remonte le Dniestr en utilisant la tactiques de la terreur pour maintenir la pression. Des groupes d'éclaireurs parcourent de grandes régions pour recueillir du renseignement militaire dans le sud de la Russie et le long des frontières des montagnes des Carpates


Subotaï et Djébé dirigent maintenant leurs hommes vers le nord , au cœur de la Russie.

Kotian et une partie des Kiptchaqs avait fui vers le nord va demander de l'aide aux Princes russes en agitant le danger mongol. Lors d'une conférence, les Princes russes acceptent et forment une armée en vue d'attaquer les Mongols.

Grâce à leurs espions, les Mongols sont conscients qu'une action militaire se prépare contre eux. En effet, des forces russes et kiptchaq alliées approchent depuis plusieurs directions.

Subotaï fait traverser le Dniepr a ses troupes. Il espèrent recevoir des renforts sous le commandement de Djotchi mais celui-ci n'est pas au rendez-vous.

Les Mongols envoient des ambassadeurs aux princes Russe pour tenter la paix (et gagner du temps) mais les Russes, sur de leur force, exécutent les ambassadeurs ( ce qui est un affront impardonnable pour les Mongols).

Les Mongols, qui ont devant eux es Bulgares de la Volga, doivent éliminer de la menace russe afin de ne pas être pris entre deux feux.

Subotaï décident de laisser 1.000 hommes sous le commandement du Hamabek sur la rive Est du Dniepr pour retarder le passage des troupes "rus" aussi longtemps que possible mais cette arrière-garde est finalement débordée et détruite.
Hamabek est capturé et exécuté

En mai 1223, les Mongols retraite lentement. Grâce à leur bonne connaissance du terrain, ils décident de l'endroit pour stopper les "Rus" et leur alliés et se positionnent le long le côté ouest de la rivière Kalka.

Une armée de 80.000 hommes viens vers eux, bien décidée à les battre définitivement. Cette armée est composées de soldats provenant des Principautés russes alliées aux Kiptchaq de Köten Khan
Rien n’y fait, les Mongols balayent cette armée sans même prendre le temps de s’arrêter.

Nous sommes en 1223. Cela fait maintenant de nombreux mois que Subotaï a commencé son expédition.

La menace russe étant écartée et Subotaï ayant enfin reçu les renforts de Djotchi, il peut maintenant se diriger vers les "Bulgares de la Volga" qu'ils combattent après quelques escarmouches indécises (voir Bataille de la Samara).

Image
En Bleu : Trajet de l'armée mongole (Campagne du Khwarezm).
En Rouge : Trajet de la "Chevauchée de Subotaï".

Il pense qu’il est temps de rentrer et de faire son rapport à Gengis Khan et met le cap à l’est en se dirigeant vers le Türkestan.

Il traverse les pays des "Türks Qanglis" et les combat avec succès. C’est un peu après que Djébé termine tragiquement sa carrière et y perd la vie.

Subotaï vient faire son rapport et encourage Gengis Khan à lancer une expédition vers l’ouest. Pour mener à bien ce projet, plusieurs années sont nécessaires et Gengis Khan meurt avant d’avoir pu le commencer.

Détail ( après la Bataille de la Kalka) :
Image

Subotaï n’oubliera cependant pas sa chevauchée. Il reviendra plusieurs années après pour la conquête de l’Europe ( à partir de 1238).

Dans ce cadre : Voir aussi

- La Bataille de la “Sit”, 4 Mars 1238 (Première Campagne de Russie)

- Siège et Prise de Kiev , du 28 Novembre au 06 Décembre 1240 (Seconde Campagne de Russie).

- La Bataille de Tursko, 13 février 1241 (Campagne d'Europe).
- La bataille de Chmielnik, 18 Mars 1241 (Campagne d'Europe).
- La Bataille de Legnica, 9 avril 1241 (Campagne d'Europe).
- La Bataille de Mohi, 11 avril 1241 (campagne d'Europe).

Articles annexes :

- La Bataille de ‘la Kalka’, 31 mai 1223
- La Bataille de la Samara, automne 1223
Che Khan, votre humble serviteur
Image