Message 09 Oct 2005, 14:07

Le Bouzkachi

Le Bouzkachi


Le Bouzkachi est autre sport dont l’origine remonte à l’antiquité et fut pratiqué par les Peuples Cavaliers. Ce sport est devenu le sport national afghan.

A l’origine ‘Bouzkachi’ qui signifierait en Français « attrape chèvre » (le bouz désignant la chèvre en farsi) était une des festivités des mariages turkmènes.

Un nombre variable de cavaliers, d’une dizaine à plusieurs centaines dans les steppes du Nord se disputent une carcasse décapitée de chèvre ou de veau pour aller la déposer dans le cercle de justice tracé à la chaux situé à l’autre extrémité du terrain.

Joseph Kessel dans son livre « Les cavaliers » décrit parfaitement la situation et dépeint à merveille cet extraordinaire jeu sur lequel se greffe son admirable roman.
Je pense qu’il suffit de laisser la parole à l ‘écrivain pour avoir un aperçu de la situation :

« On choisi dans le troupeau un bouc. On l’égorge. On lui tranche la tête. Pour alourdir sa dépouille, on la bourre de sable, on la gonfle d’eau. On la dépose dans un trou creusé que la toison affleure le sol. Non loin du trou un petit cercle est tracé à la chaux vive. Et il porte le nom de hallal qui, dans la langue turkmène veut dire cercle de Justice. Et sur la droite du hallal on plante dans la steppe un mât. Et sur sa gauche, un autre. A égale distance. Pour la longueur de cette distance , il n’y a pas de règle. Elle peut exiger une heure de galop ou bien trois ou bien cinq. Les juges de chaque bouzkachi en décident à leur gré ». « les cavaliers se rassemblent autour du trou…au signal d’un juge, ils se jettent sur la carcasse décapitée. L’un d’eux s’en saisit, s’échappe…..il s’élance vers le mât sur la droite. Car la dépouille du bouc doit en faire le tour, puis passer derrière le mât placé sur la gauche, et enfin arriver jusqu’au hallal »
(extrait du roman de Joseph KESSEL ‘Les Cavaliers’ aux éditions Gallimard).

Les joueurs revêtent des tenues de différentes couleurs selon leur équipe. Ils ont une veste molletonnée très épaisse permettant d’atténuer les coups et les chutes. En général ils ont des bonnets caractéristiques selon les équipes en tissus ou en cuir.
Ils sont chaussés de bottes en cuir à long talon permettant un bon calage des pieds dans les étriers et conférant aux cavaliers une démarche malhabile lorsqu’ils ne sont plus sur leurs coursiers .

le jeu consiste à ce qu’un cavalier récupère le veau , le cale sous sa jambe , lui fasse passer un repère placé à l’autre extrémité du stade ou assez loin dans la steppe et le ramène dans un cercle situé en général devant la tribune des notables .

La récupération du veau dans la mêlée n’est pas sans danger. Le cavalier qui se tient au pommeau de sa selle accroche de son autre main la carcasse qu’il remontera au niveau de la selle. Grâce à un coup de rein il va tenter de se rétablir sur sa monture pendant qu’une horde furieuse de cavaliers et de chevaux qui se cabrent pour mieux pénétrer la mêlée et
disputer le veau à l’adversaire. Les chevaux hennissants retombent lourdement, parfois sur le cavalier qui essai de se saisir le bouz. Certains cavalier désarçonnés tombent au sol, se relèvent, ré- enfourchent leur monture pour mieux refoncer dans la mêlée.

Des chevaux sont dressés à bloquer le veau sous leur pattes et j’ai pu en voir aider le cavalier en saisissant eux-mêmes la carcasse avec les dents et aider leur maître à l’extraire de cette mêlée confuse et agressive.

Ce sport est présent dans de nombreux pays d'Asie centrale

Chez les Kirghizes il porte le nom de "Kok borou" ou "Oulak Tartysh"
Chez les kazakh, on le nomme "Kokpar"

Comme les images valle mieux que des mots, voici une vidéo montrant une partie de bouzkachi (le commentaire est en anglais) :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=b8WgCAgZTP8[/youtube]
Dernière édition par Che Khan le 23 Juin 2006, 12:04, édité 1 fois au total.
Che Khan, votre humble serviteur
Image