Message 06 Jan 2009, 23:02

Le “Dit de l’Ost d’Igor”

Le “Dit de l’Ost d’Igor”

Le Dit de la Campagne d'Igor ou Dit de l'Ost d'Igor (bylina en russe) est la plus ancienne œuvre littéraire russe connue, datant de la fin du XIIème siècle.

Il s'agit d'un poème épique dont le sujet est basé sur des faits réels. En 1185, Igor Sviatoslavitch, prince de Novgorod-Severski entreprend une campagne militaire contre les Kiptchaq qui se solde par un échec complet. Vaincu et fait prisonnier, le prince réussira néanmoins à s’évader. Voici un résumé de la bataille.


Le 23 avril 1185, les princes Igor Sviatoslavitch de Novgorod Severski, Vsevolod de Koursk, Sviatoslav de Rylsk et Vladimir de Poutivl partent en compagne contre les Polovtsy (Kiptchaq).

Le mercredi 1er mai, Igor Sviatoslavitch, qui se trouve prés du Donec regarde le ciel et voit le soleil ayant l’apparence de la lune (il a eut réellement une éclipse de soleil ce jour-là).

Les soldats baissent la tête et disent :

- “Prince, cela n'est pas un bon présage”

mais Igor réplique :
- “Dieu fait pour nous, que ce soit pour notre bonheur ou notre malheur, c’est à nous de le voir”.

L’armée traverse le Donec et atteint la rivière Oskol ou Igor fait attendre ses troupes pendant deux jours pour que son frère Vsevolod parti de Koursk le rejoignent.
Prés de la rivière Salnica un détachement d'éclaireurs fait savoir à l’armée que les Kiptchaq arrivent en grand nombre et sont bien armés.
Les éclaireurs conseillent à Igor de faire demi-tour, mais ce dernier et son frère répondent à l'unisson :

- “Si nous revenons sans avoir combattu, la honte sera pour nous pire que la mort”

L’armée continue sa marche pendant la nuit.

Le vendredi 3 mai, vers midi, les troupes d’Igor rencontre les Kiptchaq près de la rivière Sujurly.

Les princes ruthènes se mettent en ordre de bataille. Les archers ennemis tirent chacun une flèche et prennent subrepticement la fuite. Une partie des troupes ruthènes décident de les poursuivre. elles atteignent le camp ennemi et reviennent avec un riche butin.

Le prince Igor dit alors à ses frères et ses hommes:
-”Dieu par sa volonté a imposé à nos ennemis notre victoire et nous a donné honneur et gloire. Nous avons vu les troupes des Kiptchaq, elles sont nombreuses... maintenant nous allons repartir pendant la nuit”.

Malheureusement, enhardi par les premières victoires cette sage opinion n’est pas retenue par les autres princes ruthènes.

Le samedi 4 mai, dès l’aube, les troupes kiptchaq, très nombreuses, reviennent à l’attaque. Face au nombre, les princes ruthènes sont obligés de faire une retraite vers le Donec.
Au cours de la retraite Igor est blessé à la main.

Les troupes ruthènes continuent à se battre jusqu‘au soir avec violence mais le nombre de blessés et de tués est très important.
Le lendemain les troupes ruthènes commencent à céder et la déroute se sens proche.
Igor qui tente de les ramener au combat est fait prisonnier avec son fils Vladimir. Pour les Ruthènes, c’est la fin.
La bataille se termine par un désastre.
Les troupes sont détruites. Peu d’hommes arrivent à prendre la fuite, d’autres se noient dans la rivière, beaucoup sont fait prisonnier.

Les prisonniers sont répartis entre les Kiptchaq et le prince Igor est pris en charge par le khan Kontchak.
Victorieux, les Kiptchaq décident de continuer leur avantage et envahissent les territoires ruthènes (Ukraine actuelle)..

Le khan Kontchak marche avec ses troupes vers Pereiaslavl, le khan Gza vers Putivl. Ils pillent et incendient de nombreux villages. Pendant ce temps un Kiptchaq du nom de Lavor propose à Igor de prendre la fuite.
Un soir que ses gardiens se sont enivrés avec du koumis, Lavor aide Igor à se glisser hors du camp (celui-ci laissant son fils aux mains des Kiptchaq)

Au bout de onze jours, Igor atteint la ville de Donec, se rend ensuite à Novgorod-Severskij, puis chez son frère à Tchernigov et enfin chez le Grand Prince Sviatoslav à Kiev.

Quelques temps après, Vladimir, le fils d'Igor, épousera la fille de Kontchak et sera libéré.



Une œuvre controversée :

Le manuscrit de l'œuvre est rédigé en slave-oriental à une date inconnue. Il a été découvert dans le monastère de la Transfiguration du Sauveur (Spasso-Préobrajenski) de Iaroslavl à la fin du XVIIIème siècle.

Conservé dans la bibliothèque d'un collectionneur, l'original a, malheureusement brûlé lors de l'incendie de Moscou de 1812.

Seuls l'édition de 1800 et la copie faite en 1795 pour l'impératrice Catherine II ont été conservés, ce qui conduit certains à douter de l'authenticité de l'écrit.


Borodine s’est inspiré de cette œuvre pour son opéra “Le Prince Igor d'Alexandre”

Une byline (bylina) est un mélange de chants historiques et d'épopées mythiques, inspirées du folklore du nord de la Russie. On distingue habituellement deux périodes pour les bylines : les bylines de Kiev et celles de Novgorod.

Remarque : le terme "ruthène" désigne les populations mélangées de slaves et de scandinaves qui donneront, plus tard, les peuples russes, biélorusses et ukrainiens.
Arkhaï Khasar, Commandant de l'Aile Gauche de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image