Message 28 Jan 2010, 22:28

Les Oïrats

Les Oïrats

Peuple mogolophone, les Oïrats étaient un des “Peuples Forestiers” qui vivaient en Sibérie méridionale.

Historiquement, les Oïrats sont une confédération de quatre tribus principales : Les Tchoros (ou Olot), les Torghut, les Turbet ( ou Dörbet) et les Khoshot.

Au début de l’épopée gengiskhanide, les Oïrats prennent le parti de Djamuga.
A cette époque, ils vivaient à l’Ouest du lac Baïkal.

Mais, lors de la “Campagne de Sibérie” (1207), le roi des Mongols Oïrat, Qutula-Beki, prend langue avec ses “cousins”du sud qui envahissent son territoire et décide d’aider les troupes mongoles de Djötchi.

Non seulement, Qutula-Beki offre le pays oïrat à Djötchi sans combattre mais en plus, il lui fourni des guides pour le conduire au pays des Türks Kirghiz.

Pendant toute la période gengiskhanide, les Oïrats serviront les khans mongols et resterons dans l’orbite gengiskhanide.

Ils gardent, néanmoins, un fort sentiment d’appartenance à leur groupe et le perdent pas leur identité propre.

Parfois, même, ils se révoltent.
Un épisode important en 1296, le prouve.

Un groupe de Mongols Oïrats servant les Ilkhans (Mongols d’Iran) entre en conflit avec eux. Ils s’enfuient de Ghazan et vont se réfugier en Egypte auprès du Sultan mamelouck Kitbugha.
Les Oïrats sont reçus chaleureusement au Caire par Kitbugha et résident dans le quartier cairote d'Al-Hisiniyah, une autre partie étant installée à l'abri sur les villes côtières du Levant. Les Oïrats servent le sultan comme troupes auxiliaires.
Toutefois, comme Kitbugha était lui-même d'origine mongole oïrat, son extraordinaire générosité envers eux le rend suspect sur ses motivations et sera l'un des facteurs qui, plus tard, le conduit à sa chute.

Dès que l’Empire mongol perds de son influence, les Oïrats retrouvent, lentement mais sûrement une certaine indépendance.

Ainsi, Après le renversement de la dynastie des Mongols Yuan (1271-1368), Môngké-Temur, un de leur haut fonctionnaire se place à la tête des Oïrats.

Quand il est meurt, trois chefs, Mahamu (Mahmoud), Taiping et Batu-Bolad, les gouvernent. Ils ont envoient même des émissaires avec des cadeaux à la dynastie chinoise des Ming.

A partir de cette époque, les Mongols gengiskanides qui se sont replié en Mongolie orientale voient leur légitimité remise en cause par les princes oïrats de Mongolie occidentale.

Les Mongols Barga et les Mongols Bouriates rejoignent la confédération des Oïrats et entre en conflit avec les Mongols orientaux.

La rivalité entre Mongols orientaux et occidentaux pour le contrôle de la Mongolie se poursuivra pendant plus de trois siècles, jusqu'à ce que les Mandchous s'imposent aux uns et aux autres.

En 1408, l'empereur chinois Yongle exige d’Öljei Temür Khan (khan des Mongols Orientaux) d'accepter sa vassalité. Oljei Temur refuse et est vaincu par une force Ming l'année suivante.

Oljei Temur Khan est forcé de fuir vers l'ouest. Les Oïrats dirigé par Mahamu le capture et le tue.

En 1408, Mahamu est remplacé par son fils Toghan.

Pendant son règne, Toghan continue lutter contre les Mongols Orientaux. Quand il meut en 1438, son fils Esen prend la suite.

Les Oïrats nouent des relations étroites avec les Khans Djaghataï et commencent à organiser des raids contre la Chine des Ming.

Esen vassalise à son profit les monarques Chagataï, conquiert toute la Mongolie et subjugue les Jurchens en Mandchourie.

En 1449, il réussit même à capturer L'empereur Ming, Zhengtong.

En 1455, après avoir assassiné Khagan Agbarjin, Esen prend le titre de khan, mais il est renversé par les nobles Oïrats et s’enfuir. Il es rattrapé et tué par le fils d'un homme qu'il avait fait exécuter.

Après la mort d’Esen, les Oïrats se déchirent dans des conflits de succession.


Vers 1480, les Mongols orientaux poussent les Oïrats vers l'ouest.

En 1510, Dayan Khan, dernier descendant de Kubilai Khan unifie enfin les Mongols orientaux et occidentaux, sauf les Oïrats.

Vers 1623, la confédération Oïrats écrase les Mongols Khalkha.

En 1640, les Oïrats et les Khalkha font la paix et forme une alliance.

les Oïrats commencent à se convertir au bouddhisme et deviennent les principaux défenseurs du Lamas Panchen.

En 1616, des Mongols Oïrats de la tribu des Torghut avec quelques Tourbet et Khochot décident d’immigrer vers l'ouest à travers les steppes du Kazakhstan. Les Nogais essayent de les arrêter à Nemba et d'Astrakhan, mais sont vaincus par les Torghut.

Les Torghut colonisent le delta de la Volga, établissent le propre khanat et s'allié aux Russes.
En 1771, une partie d’entre eux décident de retourner en Asie orientale. ceux qui reste prennent alors le nom de Kalmouk. (de Kalmyks , littéralement "ceux qui sont restés").


Des Mongols Oïrats, de la tribu des Tchoros et des Tourbet, s’installeront dans la région de l'Irtych noir et formeront l'Empire Djoungar.

Les Oïrats resteront des acteurs puissants de la politique intérieure d'Asie centrale assez tardivement.
Djasa Shikir, guerrier keshig à l'Ordoo du Corbeau Rouge.
Image