Message 23 Oct 2013, 18:53

Introduction

Introduction

Plusieurs spécialistes occidentaux s’accordent pour dire que les femmes mongoles ont eu, traditionnellement, des positions sociales relativement plus élevées et une plus grande autonomie que les femmes dans les sociétés islamiques d'Asie centrale, en Chine et en Corée, à la même époque.

On pourrait peut être même dire qu'elles avaient les mêmes droits que les hommes puisque dans la tradition nomade, les femmes détiennent la puissance économique de la famille.

En effet, la division du travail se faisait de la manière suivante :

- L'homme est responsable de tout le travail à l'extérieur de la maison.
- La femme pour l'intérieur de la ger. C’était elle qui détenait les cordons de la bourse et gérait les revenus de la famille.

La place prépondérante qu'elles occupent dans l'éducation des enfants les autorisent à avoir leur mot à dire dans presque toutes les situations.

A l’époque médiévale, les femmes s’occupaient de l’élevage et de la traite des moutons ou des chèvres. C'est elle, également, qui conduisent les chariots lors des transhumances.

Guillaume Rubruck en parle dans son récit :

Une seule femmelette mènera vingt à trente chars, car le sol est uni. On attache l'un derrière l'autre les chariots attelés de bœufs ou de chameaux. La petite femme s'assiéra sur le premier chariot pour mener l'attelage et tous les autres suivront du même pas. Si on arrive à un passage difficile, on détache les chariots pour les faire passer séparément car on avance à pas lents, à l'allure d'un agneau ou d'un bœuf.

Elles montent à cheval, comme les hommes et savent tirer à l'arc.

Si, au niveau politique, elles étaient tenues à l’écart, nous trouvons des sources qui nous indiquent que certaines d’entre elles occuperont des places de “Régente” lorsque leur fils se révèle trop jeune pour devenir khan.
Certaines épouses de Khan auront une grande influence en aidant leur mari par des conseils avisés.

Au niveau “magico-religieux”, certaines femmes pouvaient devenir ‘chamane” à l’identique des hommes.

Par contre et même si l'on sait que dans certaines circonstances, des femmes participaient à la défense des campements, je n'ai trouvé, à ce jour, qu'une seul source qui décrivait l'existence de "femmes guerrière" chez les Mongols et qui auraient participé activement aux batailles.
Il s'agit de Khutulun.



Dans cette rubrique, vous trouverez, donc, les portraits de quelques unes de ces femmes influentes.

Vous observerez que la plupart d'entre elles ne sont pas mongoles de naissance (comme Töregene, qui est d'origine naiman, mais leur mari et leurs fils sont bien des Mongols.
L'importance de ses femmes dans l'histoire de ce peuple justifie leur présence dans cette rubrique.

Remarque : les portraits de la mère de Gengis Khan, Hö'elün et de la femme de Gengis Khan, Borte, se trouve dans la rubrique : Gengis Khan, sa famille, ses descendants.
Che Khan, votre humble serviteur
Image