Message 03 Fév 2011, 20:17

Töregene, Epouse d'Ogodaï( ? - 1247)

Töregene, Epouse d'Ogodaï( ? - 1247)

Töregene, d'origine naiman, est la seconde épouse d'Ögödaï (troisième fils de Gengis Khan).

Töregene est d'abord l' épouse de Qudu, un noble merkit, lorsque Gengis Khan élimine les Merkits en 1204, il donne Töregene à Ögödaï comme seconde épouse.

Alors que la première femme d’Ögodaï n'a pas de fils, Toregene donne naissance à cinq fils (Güyük, Godan, Kütchü, Qaratchar et Qachin).

À la mort d'Ögödai, Töregene assume la régence jusqu'à l'élection du nouveau “Grand khan” des Mongols.

Au cours de ses cinq années en tant que régente, elle se montre un dirigeant capable de négocier puis finalement envahir la puissante dynastie des Song ( Chine du Sud).
Toregene joue également un rôle dans l'orientation du développement politique de la région.

Le fils préféré d'Ögodaï Khan était Kütchü mais celui-ci était mort jeune et Ogodaï avait nommé Chiremon, le fils de Kütchü comme successeur au trône.

Töregene, de son côté, veut faire proclamer son fils Güyük et doit éliminer les partisans des autres candidats.

Elle congédie Tchinkaï, un savant kereyit, chef de la chancellerie d’Ogodaï et Ye-liu Tch’ou-ts’ai, homme d’État d’origine Kithans qui avait déjà servi Gengis Khan comme conseiller.

Elle destitue également Mahmoud Yalawatch, gouverneur du Khârezm et l’ouïgour Korguz qui administrait le Turkestan oriental.

Le frère cadet de Gengis Khan, Temüge, quitte ses campements de Mongolie orientale pour revendiquer le trône, mais le retour d’Europe de Güyük le fait revenir sur ses prétentions.

De son côté, Batu Khan nourrit un ressentiment à l’égard de Güyük, qui pendant la campagne en Europe est entré en conflit avec lui.

Les mesures de Töregene portent cependant leurs fruits, limogeages, destitutions et exécutions créent une atmosphère de terreur et Güyük monte sur le trône de “Grand Khan” en 1246.

Toregene meurt un an après sa succession.