Logo Yourte                              

Abaga Khan, Fils d’Hulegu Khan (1234-1282)


Les portraits des descendants de Gengis Khan à partir de ses Arrières Petits-Fils.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan

Avatar de l’utilisateur

Guerrier Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 30 Mai 2009, 19:44

Localisation: A son poste de garde

Message 30 Jan 2011, 15:58

Abaga Khan, Fils d’Hulegu Khan (1234-1282)

Abaga Khan (1234-1282)

L'Arrière Grand Père d'Abaga Khan est : Gengis Khan.
Le Grand Père d'Abaga Khan est : Toluy.
Le Père d'Abaga Khan est : Hulegu Khan.
La Mère d'Abaga Khan est : Doquz Khatun.
Les frères d'Abaga Khan sont : Ahmad Teküder - Taraghaï - Eldjeï - Mengü Temür

Historique :

(Abaqa, Abagha ou Abaka Khan) est le deuxième souverain mongol de Il-khanat (Mongol d’Iran). C’est le fils aîné d’Hulegu Khan.

Fils préféré d’Hulegu, il est nommé Busqaq (gouverneur) du Turkestan

En 1265, Hulegu Khan décède. Abaga obtient de son oncle , Khubilaï Khan, le droit de succéder à son père et prend le pouvoir quatre mois après la mort de son père

Abaga continue la politique de son père. Il renforce son pouvoir dans l’Il-Khanat d’Iran, cherche l’alliance des Latins, se dispute celle des Byzantins avec le khanat de la “Horde d’Or” et lutte contre les Mamelouks d’Egypte.

Il faut faire remarquer que la mère d’Abaga, Doquz Khatum était une kereyit, chrétienne nestorienne. Pendant son règne, Abaga Khan sera particulièrement tolérant envers les Chrétiens

Abaga Khan lui-même, à la fin de sa vie, était un peu bouddhiste.

C’est également en 1265 qu’Abaga Khan prend comme épouse, Maria Palaiologina, la fille illégitime de l'empereur byzantin Michel Paléologue VIII

Lorsque Doquz Khatun meurt (fin 1265), le rôle de chef spirituel est transféré à Maria, qui a été appelé "Despina Khatun" par les Mongols.

Abaga Khan décide de fixer 'emplacement permanent de sa capitale à Tabriz. Il réorganise ses fiefs et ses gouverneurs et fait frapper sa monnaie. (certaines de ces pièces affichent la croix chrétienne et l'ours ainsi que l'inscription en arabe “Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, un seul Dieu”)

Une grande partie du règne d’Abaga Khan sera occupé par des guerres civiles dans l'empire mongol.

Abaga est également engagé dans des tentatives infructueuses d'invasion militaire de la Syrie (voir : deuxième bataille de Homs).

Abaga Khan meurt à Hamadan , le 1er avril 1282, probablement dans un état de delirium tremens. Cette maladie est probablement causée par une consommation excessive d'alcool (une habitude commune à de nombreux chefs mongols).

Cependant, en 1285, son ministre des Finances Shams ad-Din Juvayni sera accusé de l'avoir empoisonné et exécuté.

Après la mort d’Abaga Khan, sa veuve Maria se réfugie à Constantinople, où son père, apparemment désireux de ménager les Mongols décide de la marier à un nouveau khan mongol.

Maria refuse, se fait nonne et fonde l'église de Panagia Mouchliotissa autour de 1285.

Abaga han est remplacé par son frère Tekuder, qui, malgré ses conflits antérieurs avec les Mamelouks égyptiens, s'était converti à l'islam.

Tekuder inverse sa politique envers les Chrétiens et propose une alliance avec le sultan mamelouk Qalawun , qui a repris les attaques sur le territoire des Francs.

En 1284, Arghun, le fils d'Abaga Khan se révolte avec le soutient de Khubilaï Khan .

Arghun prend le pouvoir et fait exécuter son oncle Tekuder. Il reprend la politique pro-chrétienne de son père Abaga.


Relations diplomatiques d'Abaga Khan avec les chrétiens :

Abaga Khan fait également partie d'une longue lignée de souverains mongols qui ont tenté d'obtenir la coopération de l'Occident contre les musulmans Mamelouks .

Il correspondait avec le pape Clément IV par le biais 1267-1268, et aurait envoyé un ambassadeur mongol en 1268, en essayant de former une alliance franco-mongole entre ses forces, celles de l'Occident, et ceux de son père-frère Michael VIII.
Il a reçu des réponses de Rome et de Jaume I d'Aragon , mais on ignore si cela a été ce qui a conduit à l'échec expédition Jaume d' Acre en 1269.

Abaga est connu comme ayant écrit au roi d'Aragon, en disant qu'il allait envoyer son frère Aghai à le rejoindre quand il est arrivé en Cilicie .

Abaga Khana également envoyé des ambassadeurs à Edouard Ier d'Angleterre et en 1274 a envoyé une délégation mongole au pape Grégoire X au Concile de Lyon où le secrétaire d' Abaga, Rychaldus, lit un rapport à l'Assemblée, en leur rappelant la convivialité d'Hulegu Khan envers les chrétiens et en leur assurant qu'Abaga Khan à prévu de combattre les Musulmans.

Mais cette mission diplomatique d’Abaga et aussi que deux autres ambassades en Europe en 1276 et 1277 n'a pas de résultats tangibles.

Voir également sur ce sujet : L’Alliance Franco-Mongole au Moyen Orient
Ariq Qaya, guerrier keshig de l'Ordoo du 'corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Guerrier Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 30 Mai 2009, 19:44

Localisation: A son poste de garde

Message 30 Jan 2011, 16:04

Abaga Khan, fils d’Hulegu Khan (1234-1282)

Ses campagnes militaires :

- Conflit entre l’Il-Khanat et le Khanat de la “Horde d’Or” :

Déjà sous le règne d’Hulegu Khan, les Mongols de l'Il-khanat d’Iran était en conflit avec les Mongols de la Horde d'Or.

Ce conflit s'aggrave sous Abaga Khan et la Horde d'Or envahi l’Il-khanat.

En effet, la “Horde d'Or” était alliée aux Mamelouks égyptiens. Ceux-ci demande aux Mongols de la “Horde d’Or” d’ouvrir un front dans le Caucase pour protéger la Syrie.

Khubilaï Khan ( Mongols de Chine) tente d'intervenir pour arrêter la guerre civile entre les deux khanats mongols mais sans succès.

Mengü Temür, le Khan de la “Horde d’Or” , Qaïdu, un membre de la branche Ogodeïde (une branche gengiskhanide écartée du pouvoir) et Baraq, un Djaghataïde forment une alliance afin de lutter contre Abaga Khan et contre Khubilaï.

Ce conflit durera pendant de longues années et sera une des raisons de l’affaiblissement des Mongols en Asie centrale.

- Campagne au cours de la 9ème croisade (1271) :

Bohémond VI d'Antioche , sous l'influence de son beau-père, le Roi Hetoum I d’Arménie , se soumet volontairement à l'autorité des Mongols en 1260, ce qui rend Tripoli et d'Antioche vassal de l'Ilkhanat.

En 1268, le mamelouk Baïbars capture Antioche et Bohémond obtient une trêve avec Baïbars afin d'éviter de perdre Tripoli ainsi.

En réponse à la chute d'Antioche, Édouard Ier d'Angleterre débarque à Acre en 1271, en essayant de mener une nouvelle croisade.

Lorsque Edward arrive à Acre, il envoi une ambassade à Abaga Khan, dirigé par Reginald Rossel, Godefroi de wau et John Parker. le but est de demander de l'aide militaire aux Mongols.

Abaga Khan était occupé par d'autres conflits dans le Turkestan , mais il répond positivement à Edouard et envoi 10.000 cavaliers mongols commandé par le général Samaghar en Syrie:

“Après avoir parlé de l'affaire, nous avons sur notre compte a décidé d'envoyer à votre aide Cemakar (Samaghar) à la tête d'une puissante force; ainsi, lorsque vous discutez entre vous les autres plans impliquant susmentionnées Cemakar être sûr de faire dispositions explicites sur le mois et le jour exact sur lequel vous allez engager l'ennemi. "
(Lettre de d'Abaga à Edward , le I 4 Septembre 1271).


Les Mongols, dont certaines troupes auxiliaires sont des Türks seldjoukides, ravagent les terres d’Alep vers le sud.

Mais Edward, pour sa part, est incapable de mobiliser ses propres forces pour coordonner les actions avec les Mongols. Les forces d’Abaga se voient obligée de se retirer.
Lorsque Baïbars lance une contre-offensive, les Mongols avaient déjà battu en retraite au-delà de l' Euphrate .

Les Mongols sont également battu en Anatolie, par les troupes mameloukes de Baïbar, à la Bataille d'Elbistan, avril 1277

- Les campagnes de 1280-1281 :

Le chef mamelouk Baïbar meurt en 1277.
En Septembre 1280, les Mongols occupent Baghras et Darbsak et ont pris d'Alep le 20 Octobre.
Les Mongols envoient des ambassadeurs à Acre pour demander un soutien militaire pour leur campagne, mais les Croisés étaient encore en trêve de 10 ans avec les Mamelouks ne répondent pas à l’appel.

Le vicaire du patriarche rejette la demande d’Abaga, en disant que la ville souffre de la faim, et que le roi de Jérusalem est impliqué dans une autre guerre.

Le roi de Chypre Hugues III et Bohémond VII ont également mobilisé leurs armées, mais ils ne peuvent intervenir parce que les Mamelouks se sont déjà positionnés entre eux et les Mongols.

Abaga Khan et Leon III exhortent les Francs à démarrer une nouvelle croisade, mais seuls les Hospitaliers et Edward I répondent favorablement. Les Hospitaliers de Marqab font des raids combinés dans le Buqaia et remportent plusieurs engagements contre le sultan mamelouk.

Les Mongols se retirent en promettant de revenir pour l'hiver 1281.

- Campagne de l'automne 1281 :

Pendant ce temps, les musulmans égyptiens signent une trêve de 10 ans avec les Barons de nouvelles d'Acre et une de 10 ans avec Bohémond VII de Tripoli.

L'invasion mongole recommence en Septembre 1281. Ils sont rejoints par les Arméniens sous Léon III et par environ 200 Chevaliers Hospitaliers de la forteresse de Marqab (en effet, ceux-ci considérant qu'ils ne sont pas liés par la trêve avec les Mamelouks).

Le 30 Octobre 1281, les troupes mongoles (50.000 hommes) ainsi que 30 000 Arméniens, Géorgiens , Grecs, et les Chevaliers Hospitalier rencontrent les Mamelouk à la deuxième bataille de Homs , mais la bataille se termine sans réel vainqueur avec de lourdes pertes des deux côtés.
Ariq Qaya, guerrier keshig de l'Ordoo du 'corbeau Rouge'
Image

Retour vers Gengis Khan, ses Descendants (suite).

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 visiteur(s)de passage

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil